Le CBD, vous connaissez ? Ces trois lettres, acronyme du cannabidiol, ont fait leur apparition dans le vocabulaire de beaucoup d’athlètes et de sportifs. Cousin du THC, mais sans les aspects psychoactifs, le CBD a révolutionné l’entraînement et surtout la récupération, le sommeil et le degré de stress.

Le fait que la molécule soit devenue légale chez nous et dans plusieurs États américains contribue certainement à sa popularité. 

Voici en quoi le cannabidiol pourrait être intéressant pour les sportifs – le tout, sans l’euphorie typiquement associée à la marijuana.

En 2019, l’entreprise canadienne spécialisée dans la production et distribution de cannabis médical « Aurora Cannabis » basée à Edmonton, et l’UFC (Ultimate Fighting Championship) qui est la plus grande organisation d’arts martiaux mixtes au monde, se sont associées en vue de soutenir les recherches scientifiques sur l’impact du CBD sur la pratique sportive. (Vous ne trouverez pas moins de 190 études sur les bienfaits du cbd).

Ces recherches ont pour objectif de comprendre et prouver scientifiquement le rôle bénéfique du CBD sur la réduction de l’inflammation, l’augmentation indirecte de la performance, la réduction du temps de récupération et la meilleure gestion des douleurs liées aux blessures.

Avant l’effort :

  • Le stress et l’optimisation du mental : Jouant sur plusieurs récepteurs à la fois et non sur l’un d’entre eux comme c’est le cas pour les médicaments, le CBD favorise la réduction du stress inhérent à une grosse compétition sportive.

Après l’effort :

  • La récupération : Connu pour ses propriétés anti-inflammatoires, l’utilisation du CBD entraînerait une récupération musculaire beaucoup plus rapide.
  • Le sommeil : Les séances d’entraînements intenses en particulier en soirée ont un impact sur la qualité du sommeil. Le CBD, en interagissant avec l’Anandamide, va renforcer leur effet calmant et la sensation de bien-être procurée par l’activation de ces neurotransmetteurs. En ce sens le CBD va favoriser la récupération de l’athlète : Récupération mentale et musculaire. Enfin, l’avantage du CBD est que, contrairement aux somnifères, il ne crée aucune dépendance physique.
  • Effets vaso-relaxant, anti-oxydant et antispasmodique du CBD : Le CBD, par son interaction avec l’adénosine, ralentirait le risque cardio-vasculaires et le vieillissement prématuré dû à une pratique intense du sport. Enfin son effet antispasmodique aide à réduire les crampes. 
  • Depuis le 1er janvier 2018, l’Agence mondiale antidopage (AMA) a décidé retirer le cannabidiol de sa liste des produits dopants. Attention toutefois, le THC reste interdit, et il faudra donc prêter une attention particulière au niveau de THC contenu dans le produit au CBD pour éviter tout risque en cas de contrôle de dopage.
  • En ce qui me concerne, je commande de l’huile de CBD à 20% chez www.lafermeducbd.fr car il propose des produits pures, et à prix attractif.
  • Bénéficez de 15% sur le site avec le code DEWET.

CBD et développement musculaire : quel est le lien ?

Cela pourrait paraître étrange de parler d’hormones réduisant le développement musculaire telles que le cortisol* alors que nous essayons au contraire d’encourager ce développement, cependant, cette folie musculaire a un sens. Si nous pouvons limiter nos pics de cortisol, alors il est possible de réduire la quantité de dommages qu’ils ont sur la taille de nos muscles. Heureusement, il a été prouvé que le CBD « interfère avec les sécrétions de cortisol » par le biais de son interaction avec le système endocannabinoïde.

Le CBD semble aider à gérer la surcharge de cortisol connue durant les situations stressantes, qu’elles soient mentales ou physiques. Malheureusement pour nous, les entraînements sportifs comptent comme un stress physique, si les pics de cortisol ne sont pas surveillés avant et après l’entraînement, alors les hormones peuvent défaire tout votre dur travail. Le CBD empêche la réduction de la synthèse protéique par le cortisol et soutient la restauration de l’équilibre. Le maintien d’un état d’homéostasie est la clé de n’importe quel processus biologique, c’est là que les propriétés anti-catabolique du CBD peuvent vraiment profiter au développement musculaire.

Alors à quel moment le CBD rentre en jeu ? Eh bien, la molécule n’agit pas de manière directement anabolique. Cependant, elle permet de prévenir un catabolisme excessif et de ce fait, aide à conserver sa masse musculaire et en empêcher la perte.

*Le cortisol est une hormone fabriquée par les glandes surrénales.

Elle joue un rôle essentiel dans l’équilibre du glucose sanguin et la libération de sucre à partir des réserves de l’organisme en réponse à une demande accentuée en énergie. Le cortisol intervient aussi dans le métabolisme des graisses et des protéines. Il joue un rôle d’anti-inflammatoire et participe à la régulation du sommeil. 

La sécrétion de cortisol suit un rythme fixe : elle est maximale entre 6 h. et 8 h. du matin,puis décroît jusqu’au soir où elle est minimale.

add comment

1 + 5 =